- tous droits réservés -

JAILLIR

Je questionne la portée du regard, différencie ce qui est perçu de ce qui se dévoile par intuition. C'est une manière de confronter le visible et le deviné. C’est une recherche sur la découverte de l’image et sur la poésie qui opère au moment où celle-ci se révèle.
Ma pratique est polymorphe, incluant l’installation et la photographie, la sculpture et la projection-vidéo. D’une pratique conceptuelle, expérimentale et optique, j’oscille vers des références intuitives, symboliques, voir mythologiques.
Cette transdisciplinarité alimente mes recherches en favorisant le renouvellement de ma position.

Parce qu’elle est "une énergie émanant d’un corps agissant sur la rétine de manière à rendre les choses visibles", la lumière œuvre à une apparition saisissante de l’image. Mais puisqu’elle peut subir le prisme déformant du reflet, éblouir, former des ombres, parce qu’elle détériore la matière fragile, elle devient l’outil par lequel l’image est créée puis altérée, déformée, éloignée de nous.
La lumière, sous les formes variés de la vidéo-projection, du soleil, de lampes réverbérées, va permettre d’occulter certains de mes travaux. Le caractère immatériel et changeant de ce qui les voile va ainsi amplifier la portée de leur apparition.
Ici l’image, avec retard, jaillit.

C.H.